Janvier 1953 - Comission Robertson

Comission d'enquête suite aux observations de Washington

En janvier 1953, la commission Robertson fut établit à Washington par la CIA suite à la vague d’observation ayant eut lieu en 1952. Si après 12 heures de travaux et d’études, elle arrive à la conclusion que les OVNI ne constituent pas une menace directe à la sécurité nationale, les nombreux rapports d’observation et l’hystérie qui en découle pouvait qu’en a eux être utilisés par l’Union Soviétique  comme arme psychologique.

La comission Roberston décida alors de mandater la US Air Force  d’une nouvelle mission : créer une campagne de relation publique dont le but était de convaincre les citoyens que TOUTES les observations d’OVNI étaient en fait des phénomènes que l’on pouvait expliquer. Ils établirent entre autres d’utiliser les services de dessinateur comme Walt Disney afin de faire des films simplistes ou les OVNI apparaitraient comme drôles ou ridicules auprès de la population. La crainte de la CIA était qu’une vague d’observation puisse saturer le système de communication américain et ainsi être utilisé au profit de l’Union Soviétique. La résolution de l’énigme OVNI laissait toute la place au besoin de rassurer le public en pretextant le non-fondé des rapports. Pour l’armée, peu importe la nature objective des OVNI, l’objectif était de les nier haut et fort, du moins publiquement. Personne dans le milieu scientifique s’est pris la peine de questionner l’action du gouvernement. Le mot d’ordre dans le public était : « si l’armée dit qu’il n’y a pas de motif à s’inquiéter, c’est qu’il n’y a pas de motif à s’inquiéter ». En 2020, on peut sourciller de la crédulité du public mais en se rapportant un bref instant dans le contexte historique de l’époque, on peut comprendre autant les motivations de l’armée de faire taire les nombreux rapports que le public américain qui vouait un immense respect pour les institutions étatiques.

 

C’est également dans les années 50 qu’on voit apparaitre le phénomène des « contactés » Les déclarations rocambolesques soutiennent entrenir de longues conversation avec leur frère de l’espace mais également de voyager avec eux a grandement aider à discréditer le phénomène dans son ensemble. Adamski, un illuminé

 

Source

David M. Jacobs, Secret Life, 1992, p.33

Jenny Randles, Alien contacts & Abductions, 1993, P.20

Allan Baker, The Encyclopedia Alien Encounters, 1999, p.290-292